aucuncommentaires

Web Sémantique, Contenu, référencement naturel

Mettre en place une stratégie de contenu, c’est bien. L’accompagner d’une stratégie de référencement, c’est mieux. En tout cas, lorsque le contenu est diffusé sur Internet : avant que le contenu ne se dissémine sur la toile, il doit être trouvé.

C’est d’autant plus une réalité que, bientôt, nous entrerons dans l’ère du Web sémantique. Consécration de la stratégie de contenu online ? Peut-être si l’on en croit la définition du concept sur Wikipedia :
Le Web sémantique désigne un ensemble de technologies visant à rendre le contenu des ressources du World Wide Web accessible et utilisable par les programmes et logiciels, grâce à un système de métadonnées formelles, utilisant notamment la famille de langages développés par le W3C.

Pour les hommes et les moteurs de recherche

Non seulement le contenu sera compréhensible par les hommes mais aussi par les machines. Internet deviendrait alors un formidable outil capable de répondre à nos requêtes avec intelligence. Nous n’en sommes pas encore là. Mais déjà Google s’y met. Des brevets ont été déposés il y a quelques années afin de construire un ‘moteur de recherche programmable’ qui devrait représenter une partie du Web sémantique à la Google. Plus récemment, le moteur de recherche a commencé à vraiment répondre aux questions qui lui sont posées. On y arrive bientôt ! Et le contenu n’aura jamais représenté autant.

Il est donc grand temps de penser à sa stratégie de référencement. Autant l’on peut payer pour apparaître en première position des liens sponsorisés, autant le référencement naturel (SEO pour les intimes) tend de plus en plus à privilégier le contenu.

Travailler les textes d’un site web pour optimiser leur positionnement dans les moteurs de recherche deviendrait presque une gageure. Il ne s’agit plus seulement d’écrire du contenu intéressant et de qualité mais bien d’y placer intelligemment des mots-clés. De quoi s’arracher les cheveux parfois.

Ne pas perdre de vue l’essentiel

Un rédacteur Web doit écrire pour être lu. Pour cela, il a le devoir de produire des contenus lisibles et attractifs. Un contenu intéressant et qualitatif aura plus de chance d’être naturellement relevé et lié par d’autres internautes. Le référencement se joue aussi avec le backlinking.

Il s’agit donc d’un équilibre subtil dans l’écriture, qui doit respecter aussi bien la stratégie de contenu que celle de référencement.

Ajout personnel

Le web sémantique est effectivement l’un des grands enjeux à venir pour les producteurs de contenus sur les médias digitaux. Mais un enjeu qu’on a du mal à définir tant le concept est complexe, voire en plein développement ! Pour schématiser, nous travaillons actuellement les contenus avec une approche lexicale et syntaxique (recherche par termes précis, et par déclinaisons / synonymes), qui a jusqu’à présent été la norme sur Google. Mais avec le Web sémantique, la recherche devient « intelligente » et fonctionne par « concepts » (JDN dans 20 outils de recherche internet ou intranet: « L’opération s’effectue à partir d’une analyse du sens de la requête, c’est-à-dire en recherchant les mots sémantiquement proches de ceux qu’elle utilise. La recherche s’appuie alors sur un dictionnaire sémantique qui, à chaque mot de la langue, associe leurs différents sens »). On passe donc de la recherche par sigles (mots-clés) à la recherche par sens (champs de significations).

L’enjeu pour le producteur de contenu : créer une réponse vraiment pertinente non plus pour une requête suroptimisée type « concepteur redacteur web » mais pour une question de l’internaute comme « où se trouve le concepteur rédacteur le plus actif du Web ? ». Il ne faudra donc plus se focaliser seulement sur l’optimisation des expressions-clés, mais offrir un contenu adapté aux besoins réels et surtout hiérarchisé de façon à préciser les caractéristiques de l’information, parce que les moteurs comprendront le contenu. Un grand pas pour les utilisateurs !