aucuncommentaires

Rédacteur SEO : écrire pour être lu

Rédacteur SEO : écrire pour être lu

C’est un constat que l’on retrouve, malheureusement, sur de nombreux sites web : certains rédacteurs SEO se fichent royalement du lecteur !

Ils écrivent pour les robots des moteurs de recherche, comme Googlebot, ou Bingbot, et ne tiennent pas compte du visiteur qui va avoir le malheur de tomber sur une page dont la lecture n’est optimisée que pour le référencement, et non l’utilisateur. Malheureusement, ce visiteur aura tôt fait de repartir du site comme il est arrivé.

C’est une grave erreur, que vous avez peut-être commise sur votre propre site e-commerce. En particulier si vous avez fait appel à un service de rédaction offshore : le prix de la prestation était peu élevé, c’est vrai, mais vous avez, automatiquement, un résultat de mauvaise qualité.

Après tout, quel est le but de votre site web ? Avez-vous prévu de vendre quelque chose aux crawlers de Google ? J’imagine que non. Ne comprenez-vous donc pas que, avec des textes sans aucun intérêt, voire bourrés de fautes, le visiteur ne deviendra jamais un prospect, et encore moins un client ?

Pourquoi avoir dépensé tant d’efforts pour le faire venir si, quand il est là, vous ne faites pas tout ce qu’il faut pour le retenir ? Vous devriez lui proposer des dossiers et des articles qui retiennent son attention. Et vous devriez le faire avec passion. Les descriptifs de vos produits devraient être détaillés, leur fonctionnement expliqué en détail. Tout devrait être là pour rassurer le client.

Un phénomène pourtant courant

Les cas d’articles contre-productifs s’observent par milliers sur la toile. Cela s’explique souvent par le fait que certaines agences SEO s’engagent à vous faire monter dans les résultats de recherche sans tenir compte de tous les autres critères liés au webmarketing. Elles ne s’intéressent pas au fait que vous vendiez moins, que vos taux de transformation chutent, que votre réputation s’assombrisse… Seule compte, dans ce cas précis, la course au positionnement. Elles vous rajoutent donc des tonnes de contenus rédactionnels de mauvaise qualité, sans aucune logique ni consistance.

Et pourtant, c’est une stratégie contre-productive. Je dirais même que c’est une technique dangereuse qui s’apparente à du black hat : des techniques qui vont à l’encontre des règles de Google, et qui ne sont destinées qu’à faire monter rapidement un site dans les résultats des moteurs de recherche, en exploitant des failles dans leur technologie.

Déjà, il faut savoir que si le texte n’a pas convaincu le visiteur d’aller plus loin, Google détectera son taux de rebond et en tiendra compte dans son classement. Pour lui, cela signifiera que le contenu n’était donc pas pertinent pour ce visiteur, par rapport aux termes de recherche utilisés. À chaque « fuite » de votre page, le signal s’amplifiera et Google – malgré le pavé textuel incluant tous les termes de la thématique – finira par considérer que votre contenu a peu de valeur.

Ensuite, vous devez savoir que l’intelligence artificielle, au sein des algorithmes de Google, est capable de détecter la qualité d’un texte, ainsi que bien d’autres critères que vous ne soupçonnez pas. Combien de temps lui faudra-t-il avant qu’elle ne puisse déterminer par elle-même que le texte publié est sans intérêt ?

À moins qu’il ne s’agisse d’un billet d’humeur – un peu comme celui-ci – vous devez apporter une réelle plus-value à votre lecteur.

Si, en votre âme et conscience, lorsque vous lisez l’article, vous constatez que :
– Il est décousu et tourne en boucle pour répéter des termes sémantiques
– Qu’il est très moyen au niveau des formulations et semble avoir été écrit par quelqu’un maîtrisant peu la langue
– Ou bien encore qu’il n’apporte aucune information utile au lecteur, ni distraction, ni émotion

Il ne vous reste qu’une chose à faire : le brûler ! De façon imagée, bien sûr, n’allez pas mettre le feu à votre ordinateur ! 😉