Publicité vs Contenu de marque, Cible vs Utilisateur

Suite à l’article introductif sur l’émergence du Contenu de marque digital, j’insiste aujourd’hui sur l’opposition fondamentale entre l’approche publicitaire et la stratégie de contenu. La publicité, généralement, a « peu de temps pour faire passer une idée », comme le rappelle Wikipédia. Elle doit capter l’attention, faire connaître et séduire en un laps de temps souvent court. Elle est plus manipulatoire qu’engageante.

Le message publicitaire joue un rôle important dans ce processus de séduction, mais pas seulement. Il cherche d’abord à cibler un besoin, à provoquer la conscience d’un manque, plutôt qu’à y répondre concrètement. Là où la publicité est en chasse, la stratégie de Contenu offre matière à relation via un discours étoffé, enrichi. On ne consomme pas la publicité, mais on consomme le Contenu.

Le terme utilisateur (ou audience, comme l’affirme Nicolas Bard) est donc beaucoup plus approprié au Contenu, alors que la publicité s’adresse à une cible. On n’imagine pas un consommateur lambda dire qu’il est « l’utilisateur d’une publicité ». L’utilisateur possède par nature une liberté de consommation et sort de la mécanique passive du récepteur.

Le Contenu (sur les nouveaux médias) est souvent disponible quand on le souhaite, il relève d’une démarche de consultation libre et volontaire de la part de l’utilisateur. L’utilisateur accepte ou pas le contenu. Il le télécharge, le consomme, le partage, le stocke où et quand il le souhaite.

« Créer un contenu intéressant et utile va très certainement aider votre site plus que tous les autres facteurs évoqués ici. Les utilisateurs reconnaissent le bon contenu lorsqu’ils le voient et vont très certainement renvoyer d’autres utilisateurs vers celui-ci », souligne d’ailleurs Eve Demange.

La multiplication des canaux et l’émergence des nouveaux médias s’est accompagnée d’une nouvelle liberté, celle d’aller vers, de décider du moment, de la densité et de la durée de l’exposition et non plus d’attendre ou de subir un matraquage auquel, d’ailleurs, les individus sont devenus plus résistants et hermétiques. On assiste a une « recherche délibérée de messages et contenus édités par des marques », tandis que la publicité est vue « comme une monnaie d’échange pour accéder à des contenus gratuits » (Irep 2008 – Nouveaux usages des médias, nouveaux formats publicitaires).

Le Contenu est donc fortement lié au permission marketing et à la technique du storytelling (l’art de raconter des histoires, d’utiliser les leviers du récit pour transmettre un message, une idée, des valeurs, etc). Dans le prochain article dédié au contenu digital, nous verrons sous quelles formes se présente le contenu de marque et en quoi il a un intérêt en soi.