Le Contenu est ROI

Aucun doute, le Contenu est ROI pour les entreprises. Pas dans le sens de « Content is King », formule lue et relue sur le Web, sans toutefois perdre en justesse, mais dans le sens où il génère un meilleur retour sur investissement que la publicité traditionnelle. Au moment même de la sortie en fanfare de Brand content, une étude conclut que 74% des entreprises américaines jugent qu’une stratégie de communication rentable passe par la production de contenu de marque. Et que 86% des professionnels sondés projettent d’écrire du contenu intéressant et original pour leurs clients et prospects.

Nombreux sont les exemples qui prouvent l’efficacité d’une stratégie couplant contenu et conversation. Parce que, comme le dit justement Natalie Rastoin dans la préface de Brand Content, « ça doit être cela, le contenu de marque : des sujets de conversations utiles, passionnants ou étonnants. »

Alors effectivement, lorsqu’une marque, une entreprise ou un indépendant veut éditer et diffuser ses propres contenus sur les nouveaux médias, il faut y consacrer du temps, faire un effort d’originalité, de régularité, de socialisation. Un engagement en temps et en argent que tout le monde n’est pas prêt à assumer.

De nos jours, le contenu digital est le nouvel enjeu des marques et on voit bien que les entreprises et les marques s’accordent pour placer le contenu (et les médias sociaux au passage !) dans le top 3 des leviers marketing les plus performants. Autant en fidélisation qu’en prospection. Et donc, qu’apporte le contenu digital en termes de ROI ? En vrac, et de façon non exhaustive :

• Meilleur positionnement dans les moteurs de recherche (forte indexation et linkbaiting)
• Multiplication de la fréquentation
• Augmentation de la fidélisation clients
• Amélioration de l’image et de la notoriété
• Création de confiance et de persuasion pour les prospects !

Si vous souhaitez continuer votre lecture sur le sujet, je vous conseille de lire l’étude de cas à propos du développement des PME par les réseaux sociaux. Restez dans les parages, je vous proposerai bientôt une étude de cas sur le lancement du site e-commerce Anna & Bree : vous verrez comment son créateur a réussi à placer Facebook à la 2ème place de ses sources de trafic et à exploiter un blog pour « préparer » sa visibilité online.